Mon ex a changé de bord, comment réagir ?

Oui, une rupture ce n’est pas marrant à vivre. Entre les larmes et les questions il y a souvent de la colère, de l’incompréhension, des « si j’avais su », des souvenirs douloureux, des regrets, etc. Et au milieu des innombrables causes de rupture, il y en a une particulièrement, messieurs, qui vous fait peur ; votre ex est devenue lesbienne. Le choc. Et ça amène encore plus de questions évidemment ; est-ce de votre faute ? Étiez-vous mauvais ? L’avez-vous dégoûtée des hommes ?

Vous trouverez certainement dans cet article des réponses à ces questions et, surtout, la bonne manière de prendre cette nouvelle, de relativiser, comprendre et aller au-delà.

Mon ex est lesbienne, help !

Pas de panique, vous n’êtes pas le premier à qui ça arrive et vous ne serez certainement pas le dernier. Et franchement, il n’y a pas mort d’homme ! Pas de quoi paniquer, pas de quoi vous coucher en chien de fusil un oreiller entre les bras et remettre en cause vos performances sexuelles ou ce que vous avez vécu avec cette fille qui en aime maintenant une autre. Non, ce n’est pas grave et ça n’a rien à voir avec vous.

Votre ex est homosexuelle ? Et alors ? Ce que vous devriez ressentir à cette annonce devrait être la même sensation que si elle vous avait annoncé avoir simplement retrouvé quelqu’un – oui, comme un autre homme par exemple ! Son attirance pour une femme n’est pas un rejet du pénis ni du masculin dans son ensemble, et non, elle ne vous a pas menti pendant le temps qu’a duré votre relation.

Il ne s’agit que de ce que ça a l’air d’être : de sentiments. Et les sentiments, vous êtes bien placé pour le savoir, ça ne se contrôle pas et il n’est en aucun cas ici question de sexe – de genre – comme il n’est pas question d’âge, de couleur de peau, de tour de taille ou autres.

Il y a tellement de raisons de rupture ! Mais il n’y a pas de raison à être lesbienne. Le pincement que vous ressentez devrait simplement venir du fait que la fin de votre relation est dorénavant définitive, irrémédiable. Votre égo en prend certainement un coup et c’est normal ; elle refait sa vie. Et qui plus est avec une femme.

Dans un cas comme celui-ci, et pour ceux que ça angoisse, il y a plusieurs choses à ne surtout pas faire au risque d’y perdre un peu la boule.

Ne vous mettez pas en tête qu’elle vous a menti tout ce temps

En apprenant la nouvelle, vous avez certainement dû vous repasser en boucle le film de votre histoire, le passer au crible, essayer d’y déceler quelque chose, n’importe quoi, un signe qui prouverait qu’elle vous a caché cette simple vérité depuis le début ; elle n’aime pas – ou plus, ou pas que – les hommes. Ne remettez pas en question votre relation ; ce qu’elle a vécu avec vous est et restera unique, quoi qu’il advienne, pour la simple et bonne raison que vous êtes unique.

La relation était véritable, votre complicité aussi, vos moments tendres, coquins, vos souvenirs et même vos disputes ! Tout ça était vrai et n’appartient qu’à vous, à vous deux. Et personne, homme ou femme, ne pourra rien y changer.

Il n’y a pas de fautif

Messieurs, si votre ex est lesbienne – ou bisexuelle et vous a quitté pour une femme – cela n’a aucun rapport avec vous ou vos capacités (tant émotionnelles que sexuelles). Vous ne l’avez pas dégoûtée, surtout pas ! Votre ex est tombée dans les bras d’une femme, soit, mais essayez de tourner la question ainsi : n’est-elle pas plutôt tombée dans les bras d’un autre être humain ?

Ne sexuez pas, ne genrez pas et prenez cette nouvelle comme vous le feriez en apprenant que votre ex est simplement de nouveau en couple ; ça pique et ça fait mal, mais c’est normal. Et au fond de vous, vous deviez vous attendre à ce que ça arrive un jour ou l’autre.

Ce n’est pas votre faute pour la simple et bonne raison qu’il n’y a rien de faux à être lesbienne, ce n’est pas un mal, une erreur, une maladie, une malformation ; c’est et c’est tout.

On ne devient pas lesbienne …

… on l’est. Point.

Bon, en terme de rupture il est vrai que la raison d’un changement de bord est souvent un sujet sensible. Mais il y a une chose primordiale qu’il faut bien avoir en tête, c’est qu’on ne choisit pas d’être ou non homosexuel, on nait ainsi et c’est tout. Il n’y a pas d’explication logique ou rationnelle.

Alors si votre copine vous annonce un beau matin qu’elle vous quitte pour une femme, ne remettez pas en question votre virilité – encore une fois – et essayez plutôt de voir cet aveu comme une marque de confiance : c’est face à vous qu’elle fait son coming out. C’est une marque de confiance, de respect et même d’estime ; elle ne vous quitte pas sans un mot, sans raison pour vous laisser découvrir des mois plus tard qu’elle est maintenant lesbienne. Non, elle vous le dit, bien en face, droit dans les yeux.

Et même si ça fait l’effet d’un coup de couteau en plein cœur ou d’un coup masse droit sur la trombine, gardez à l’esprit que rester avec une personne par peur de lui faire du mal en la quittant n’a jamais été – et ne sera jamais – une bonne idée.

N’aviez-vous pas déjà une petite idée ?

Souvent quand il s’agit de sentiments, nous avons tendance à nous voiler la face ; l’évidence reste invisible. Mais posez-vous la question : n’a t-elle jamais rien dit ou fait qui aurait pu vous mettre la puce à l’oreille ? Vraiment ? Vous n’en aviez jamais parlé ? Ne vous a-t-elle jamais avoué qu’elle était piquée par l’envie de savoir ? Ou même qu’elle avait déjà essayé – d’après une enquête du Figaro publiée le 1er février 2017, 10 % des femmes aurait déjà eu des relations homosexuelles ; pourquoi pas elle ?

N’avez-vous jamais capté un regard, une réflexion ? Il n’y aurait rien d’étonnant à ça ; cette même enquête nous dit que chez les femmes de moins de 25 ans, une sur quatre a déjà ressenti un désir sexuel pour une autre femme ; par curiosité ou par réelle et simple attirance, bon nombre de femmes ont envie d’essayer avec une autre femme, pour voir, pour savoir, pour comprendre.entre dans la tete de ton ex

Bon, et franchement, même si ce n’était pas la raison même de la rupture, même si vous le découvrez en effet après, de visu ou par l’intermédiaire d’un autre, ne vous mettez par martel en tête et ne vous flagellez pas. Encore une fois ; ce n’est pas votre faute ! Il n’y a pas crime, pourquoi y aurait-il un coupable ?

Mon ex est lesbienne depuis qu’elle m’a quittée

Non. Non non non et encore non. Votre ex n’est pas lesbienne depuis vous.

Comme dit plus haut on ne devient pas lesbienne ou bisexuelle – ou, plus généralement, homosexuel – on l’est. Un point c’est tout.

Mais regardez autour de vous ; c’est dur d’être homo. De s’assumer homo plutôt. Et si s’est compliqué de se l’avouer, ça l’est encore plus de l’avouer à son entourage.

La crainte des réactions est constante ; crainte de voir dans le regard de ses parents cette petite pointe de regret, cette question qu’on les voit se poser (« Mais qu’est-ce qu’on a fait de mal ? » Réponse : rien, tout est parfait.) ; la crainte du rejet, de l’exclusion, de la marginalisation ; crainte de subir les insultes, les regards réprobateurs voire dégoûtés, les amis qui partent, … Et j’en passe (oui oui, encore aujourd’hui malheureusement).

Alors oui, il est possible qu’elle ne voulait pas le reconnaître, qu’elle se soit mise avec vous pour être « normale », rester dans le droit chemin et ne pas prendre le risque de décevoir quelqu’un. Mais il est aussi possible, et très probable, qu’elle vous aimait. Tout simplement. Qu’elle soit tombée amoureuse de vous, de la personne et non pas de votre état d’homme.

Tout comme elle est tombée amoureuse d’une autre personne et non pas d’une femme – au sens sexuée du terme.

Comment en parler ?

Le regard des autres

« Mon ex est homosexuelle… » Vous allez vous sentir dévalorisé, émasculé peut-être, mais vous devez absolument et en tout temps garder la tête haute, froide et bien vissée sur vos épaules. Je sais, qu’une femme vous quitte c’est une chose, qu’elle vous quitte pour une autre femme en est une autre.

Il y a un paramètre en plus à prendre en compte dans l’acceptation de la rupture. Et il faut bien l’avouer, nous avons si bien et depuis si longtemps intégré la définition socialement admise de la virilité, de ce qu’est un homme, de ce qu’il doit être, que vous allez certainement nager dans une sorte de brouillard pendant un temps ; peur d’en parler, de subir des railleries, des attaques à l’encontre de votre état d’homme.

Je ne vais pas vous mentir, vous allez croiser des personnes avec cet état d’esprit, des gens qui ne comprennent pas et n’acceptent pas qu’on puisse se découvrir et s’accepter lesbienne – homosexuel – à tout âge, à tout moment de sa vie. Je n’ai qu’un conseil : ignorez les mauvais parleurs, évitez-les. Cette rupture ne remet rien en cause. Absolument rien. Vous êtes toujours un homme et vous êtes toujours à même de combler une femme.

Sortez de l’isolement

Si vos questionnements vous bloquent et vous empêchent d’avancer, d’envisager une nouvelle relation, vous ne devez surtout pas rester seul. Vous devez trouvez une personne de confiance – un ami proche, un parent, un psy même, si besoin. Cherchez sur les forums, trouvez un conseiller à qui parler et videz votre sac. Sortez tout.

Vous pouvez même en parler à votre ex, lui poser des questions, lui avouer ce que vous avez ressenti et ressentez peut-être toujours, lui demander de vous expliquer le cheminement par lequel elle est passée – comment a-t-elle su ? Depuis quand ? Quand a-t-elle rencontré cette femme ? etc. Vous en avez besoin pour avancer, alors faites-le. Et gardez à l’esprit que vous n’êtes pas seul, jamais, à avoir vécu et à vivre ce genre de situation ; ne restez pas isolé.

Et maintenant, je fais quoi ?

Voilà, vous savez ; elle aime les femmes. Mais vous avez lu cet article et vous avez bien intégré le fait que vous n’y êtes pour rien, qu’être homosexuel n’est pas un choix mais un état de fait, qu’elle ne vous a pas menti pendant X mois ou années et que ça ne vous rend pas moins homme pour autant. Bon, et maintenant ?

Stay tough and keep walking !

Hé bien messieurs, maintenant vous devez continuer votre vie. Vous savez que votre ex est lesbienne, qu’elle est peut-être en couple avec une autre femme, alors ne soyez pas de ceux qui la stigmatisent ou la fuient ; elle n’en a pas franchement pas besoin – elle aussi a dû ressentir de la culpabilité, n’en rajoutez pas, respectez-la.

La seule chose que vous avez à faire, et pouvez faire, à présent, c’est de l’accepter et de continuer de votre côté, remonter la pente de la rupture, rencontrer d’autres femmes, essayer, reconstruire. Vous aurez peut-être peur que ça vous arrive à nouveau, mais forcez-vous à tenir cette pensée bien loin de votre esprit ; elle ne ferait qu’envenimer vos prochaines relations.

Essayer de la récupérer ?

Hmmm, mauvaise idée. Je ne saurais que trop vous le déconseiller.

Ça peut marcher dans certaines situations, mais pas dans ce cas de figure. Mettez-vous à sa place, essayez d’imaginer ce qu’elle a dû traverser pour enfin réussir à se dire « OK, j’aime les femmes » et pour ensuite vous le dire à vous ; les doutes, les questions, fouiller en soi pour trouver le courage de le dire, d’assumer. Non, sincèrement, une fois ce chemin parcouru et la ligne d’arrivée franchie, vos chances sont plus que faibles. Et puis, elle a (re)découvert la sexualité avec une femme ; à ce stade, un retour en arrière est très improbable. Soyons honnête, vous n’avez pas ce qui lui convient.

Et si c’est trop dur, que vous l’aimez encore et que vos sentiments vous étouffent et vous font mal, éloignez-vous, fuyez-la, au moins pour un temps.

Et si nous avons des enfants ?

Alors soutenez-la !

Soyez à ses côtés coûte que coûte, aidez-la à leur parler, ne la brusquez pas mais encouragez-la. Encore une fois, essayez de comprendre ce qu’elle vit et endure ; ne la mésestimez pas aux yeux de vos rejetons. Au contraire, montrez-leur que vous êtes heureux pour elle – même si ça vous coûte – qu’elle assume et ait trouvé le bonheur.

Ne vous inquiétez pas pour les bambins ; si ils voient que leurs parents trouvent ça normal, ce sera normal pour eux. Expliquez-leur que ça ne change rien pour eux et qu’ils peuvent venir vous en parler s’ils en ont besoin ou s’ils ont des questions. Prévenez-les aussi que certaines personnes n’acceptent pas l’homosexualité et qu’il y aura peut-être d’autres enfants, à l’école notamment, qui vont tenir des propos déplacés voire méchants ; il faut qu’ils vous en parlent.

N’hésitez pas à en informer les instituteurs aussi – sans étaler la vie de votre ex-conjointe évidemment – qu’ils soient vigilants aux mauvaises réflexions.

Si vos enfants sont adolescents en revanche, la transition risque de prendre plus de temps. Ils sont dans un âge où le besoin d’être normé – pour être accepté – est primordial. Mais pas de panique, l’acceptation va suivre la surprise et le (possible) déni ; restez vigilant, attentif et disponible. Face à des adolescents, c’est la seule manière de gérer ce changement.

Vous avez à présent toutes les clefs en main pour envisager la nouvelle relation de votre ex en toute « sérénité » et sans risquer une entorse de cerveau à trop vous poser d’inutiles questions – auxquelles vous ne trouverez de toute façon pas de réponse puisqu’il n’y en a tout simplement pas, j’insiste !

Pour conclure cet article, je vous propose de rester sur une évidence, qui a cependant besoin d’être dite et répétée ; l’homosexualité n’est pas une tare et quitter un homme pour une femme ne signifie rien de plus que ce que ça veut dire ; votre ex est tout simplement tombée amoureuse de quelqu’un d’autre. Point.